Menu Principal
Nous Contacter
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Remember me



Lost Password?

Register now!

Questions diverses sur le jeûne

Publié par salaf le 01/09/2002 15:40:00 (26626 lectures) Articles du même auteur


Questions diverses sur le jeûne

 

 

 

Prise de pilules pour empêcher (retarder) le début de menstrues

 

 

Question : Est-ce que qu’il m'est permis de prendre des pilules pour empêcher le début de mes menstrues pendant la dernière partie de Ramadan pour que je puisse achever les jours restants de jeûne ?

 

 

Réponse : Il est permis de prendre des médicaments pour empêcher le début des menstrues si l'intention est de faire des actes pieux. Ainsi, si vous avez l'intention de jeûner et de prier en congrégation comme la prière de tarawih et cherchez à augmenter la récitation du Qur’an pendant les temps préférés, alors il n’y a aucun mal dans la prise de pilules pour cette intention. Si l'intention est seulement le jeûne, pour que vous n'ayez pas de jeûne à rattraper ensuite, je ne considère pas cela comme étant un bien, même si dans les circonstances actuelles vous êtes récompensée pour le jeûne.

 

Shaykh Ibn Jibrin

 

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p.131, Fatwa n°155

 

 

 

L'obligation de jeûner après la purification à la fin des menstrues

 


Question : Si une femme se purifie (après avoir fini ses menstrues) pendant
Ramadan avant l'adhan de la prière du Fajr, lui est-il obligatoire de jeûner ce jour ?

 

 

Réponse : Si le flux de sang (des menstrues) cesse  dans la dernière partie de la nuit pendant Ramadan, elle doit prendre le sahur avant que le matin ne se lève (Fajr), parce que dans cet état elle est pure et le jeûne est prescrit pour elle. Et il n’est pas correct pour elle de prier (Fajr) avant qu'elle ne fasse le ghusl, de même qu’il n'est pas correct pour elle d’avoir des relations (avec son mari) avant qu'elle ne fasse le ghusl, comme Allah a dit :

 

 

« Quand elles se sont purifiées, alors cohabitez avec elles suivant les prescriptions d’Allah » [sourate Al-Baqara :222]

 

 

Shaykh Ibn Jibrin

 

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p.131, Fatwa n°156

 

 

 

Elle doit s'abstenir de tout ce qui rompt le jeûne pour le reste de la journée.

 


Question : Si une femme se purifie après avoir fini ses menstrues pendant la journée, doit-elle s'abstenir de tout ce qui rompt le jeûne pour le reste de la journée ?

 

 

Réponse : Si une femme s'est purifiée après avoir fini ses menstrues ou lochies dans la journée, doit-elle s'abstenir de tout ce qui rompt le jeûne pour le reste de la journée et rattraper ensuite ce jour (de jeûne). En effet son abstinence est pour la sainteté du mois et la raison pour laquelle elle doit rattraper ce jour est qu’elle n’a pas jeûné complètement ce jour, car le jeûne a été rendu obligatoire pendant le mois (entier) et parce que quiconque jeûne la moitié du jour n'est pas considérée comme ayant jeûné (ce jour).

 

Shaykh Ibn Jibrin

 

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p.132, Fatwa n°158

 

 

 

Qu’est-il meilleur d’accomplir : des prières surérogatoires, le tawaf ou réciter le Qur’an ?

 

 

Question : Au Masjid Al-Haram (Makkah) pendant Ramadan, qu’est-il meilleur d’accomplir : des prières surérogatoires, le tawaf ou réciter le Qur’an ?

 

 

Réponse : Le tawaf est préférable pour ceux qui ne résident pas à Makkah, parce qu’il n'est pas toujours facile pour eux (de voyager à Makkah) pour l’accomplir. Quant aux gens de Makkah, il leur est préférable d’accomplir des prières surérogatoires et de réciter (le Qur’an) tant que le temps est approprié (c'est-à-dire ne pas prier pendant les temps interdits après le Fajr, Al-Zawal et après Al-'Asr). Cependant, si le tawaf est difficile pour le visiteur (à Makkah) ou qu’il existe quelque chose qui l'empêche d'exécuter le tawaf comme la foule et la présence de nombreuses femmes, en plus de la crainte (de tomber dans chacune de ses) fitna, alors les prières surérogatoires sont meilleures. Il est aussi possible de combiner le tawaf, la récitation (du Qur’an) et l’invocation et atteindre ainsi double la récompense et Allah est plus savant.

 

Shaykh Ibn Jibrin

 

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p.175, Fatwa No 192

 

 

 

Venir à Makkah ou voyager vers d'autres pays pour da'wa

 


Question : Pendant la dernière partie
de Ramadan, qu’est-il meilleur de faire : Venir à Makkah et rester là pour le reste de Ramadan ou voyager vers des pays qui sont dans le besoin de da'wa et d’éducation ?

 

 

Réponse : Notre avis est que ce voyage pour le but de da'wa est préférable pour quiconque possède la capacité de le faire et faire bénéficier les gens qui sont entourés par l'ignorance (le manque de science) et persistent dans le mensonge alors que personne ne vient les appeler (à la vérité). Cependant, si une personne n'a pas la capacité de voyager parce qu'il est pauvre ou n'a pas la capacité de faire da'wa car il n'a aucune science pour résoudre les doutes et les incertitudes, alors (le maintien et l'augmentation dans) l'adoration est meilleur pour lui, à Makkah ou ailleurs.

 

Shaykh Ibn Jibrin

 

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p.176, Fatwa n°193

 

 

 

Accomplir la prière de tarawih ou accompagner la janaza

 


Question : Est-il meilleur : d’accomplir la prière de
tarawih ou accompagner la janaza (enterrement) ?

 

 

Réponse : J'ai l'avis qu’accompagner la janaza est meilleur car l'occasion peut manquée et n'est pas continue, quant au tarawih (la prière), il y a possibilité de le faire soi-même. Et il n'y a aucun doute que les parents du décédé assument (la charge de) l'enterrement comme c'est un fardh kifaya.

 

Shaykh Ibn Jibrin

 

Fatawa As-Siyam libni Jibrin – p.176, Fatwa n°194

 

 

 

Si on meurt pendant Ramadan, entre-t-on au Paradis sans questionnement ?

 


Question : Le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) a dit : « Quand
Ramadan arrive les portes du Paradis sont grandes ouvertes et les portes de Feu de l'enfer fermées. » Cela signifie-t-il que celui qui meurt pendant Ramadan entre au Paradis sans questionnement ?

 

 

Réponse : La situation n'est pas ainsi. Plutôt, cela signifie que les portes du Paradis sont grandes ouvertes comme une inspiration aux musulmans pour leur rendre facile leur entrée (au Paradis). Et les portes du Feu de l'enfer sont fermées pour éloigner les croyants des péchés de façon à ce qu’ils n'entrent pas (par) ces portes. Et cela ne signifie pas que celui qui meurt pendant Ramadan entre au Paradis sans interrogation, plutôt ceux qui entreront au Paradis sans interrogation sont ceux que le messager (salallahu ‘alayhi wa salam) a décrit dans sa parole : « Ce sont ceux qui ne demandent pas qu’on leur fasse de Ruqyah, ni de cautérisation, qui ne consultent pas les augures, et qui placent toute leur confiance en leur Seigneur. »

 

Shakyh Ibn Al-'Uthaymin

 

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.744, Fatwa n°754;

 

Fatawa Shaykh Muhammad Salih Al-Uthaymin - volume 1, p.561

 

 

 

Le jeûne de celui qui ne prie pas

 


Question : Nous devons connaître le jugement sur le jeûne de celui qui ne prie pas (les prières obligatoires) ?

 

 

Réponse : Celui qui ne prie pas, (alors) son jeûne n'est pas correct et il n'est pas accepté de lui. Ceci, parce que celui qui ne prie pas est un kafir et apostat (murtad), comme Allah dit :

 

 

« Mais s’ils se repentent, accomplissent la prière et acquittent la Zakât, ils deviendront vos frères en religion » [sourate At-Tawba :11]

 

 

Et aussi la parole du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) : « Le pacte entre nous et eux est la prière, celui qui l’abandonne a mécru. » et aussi sa parole (salallahu ‘alayhi wa salam): « Entre l'homme et le shirk et le kufr est l’abandon de la prière. » Et certes, c'est la parole des grands compagnons, si ce n'est pas un consensus parmi eux. 'Abdullah Ibn Shaqiq (radiallahu ‘anhu) qui était parmi les grands Tabi'un a dit : « Les compagnons du prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) n'ont vu l’abandon d’aune acte comme étant un kufr, sauf la prière. » De ce fait, si une personne a jeûné cependant qu'il n'a pas prié, alors son jeûne est rejeté et non accepté et il n'est d’aucun avantage pour lui devant Allah le Jour du Jugement. Et nous lui disons : Prie et jeûne, et si tu jeûnes mais ne pries pas, alors ton jeûne n’est pas accepté, car aucun acte d'adoration n'est pas accepté d'un kafir.

 

Shakyh Ibn Al-'Uthaymin

 

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.751, Fatwa n°763;

 

Fiqh Al-Ibadat libni 'Uthaymin – p.178-179

 

 

Quelles sont les différentes catégories/rangs dans le jeûne ?

 


Question : J'ai entendu dire il y avait des catégories/rangs (différents) dans le jeûne, quelle est la vérité de cette parole ? Et y a-t-il une récompense spécifique pour chacun ?

 

 

Réponse : Par catégories/rangs, si vous voulez dire obligatoire (fard) et surérogatoire (nafl), alors c'est correct. L'obligatoire est meilleur que le surérogatoire. Quant au degré d'excellence et la récompense, alors la récompense est auprès d’Allah. En ce qui concerne les jeûneurs, alors il y a une grande différence selon ce que la personne fait pendant le jeûne, en ce qui concerne l’attachement aux bonnes manières islamiques, au comportement et au manque de ceci. Aussi, selon ce qu'il a dans son cœur en termes de sincérité (ikhlas).

 

Shakyh Ibn Al-'Uthaymin

 

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.744, Fatwa n°755;

 

Fatawa Shaykh Muhammad Salih Al-Uthaymin - volume 1, p.562

 

 

 

Celui qui ne jeûne pas devient-il mécréant (kafir) ?

 


Question : Celui qui ne jeûne pas, bien qu'il ne soit pas malade, devient-il kafir, malgré l’accomplissement de ses prières (obligatoires) ?

 

 

Réponse : Celui qui ne jeûne pas parce qu'il rejette l'obligation est un kafir par consensus. Quant à celui qui ne jeûne pas parce qu'il est paresseux et négligeant, alors il ne devient kafir, cependant il est en grand danger en raison de son abandon d’un pilier des piliers de l’islam sur lequel l’obligation a été reconnue.

 

Et tout le succès est en Allah et que les prières et les salutations soient sur notre prophète Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam), sa famille et ses compagnons.

 

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.748, Fatwa n°759;

 

Fatawa Al-Lajna Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta. - Fatwa n°6060

 

 

 

Jeûner trois jours et nuits en remplacement des trente jours de Ramadan

 


Question : Est-il possible à une personne de jeûner trois jours et nuits pendant
Ramadan, en remplacement (des trente jours (de Ramadan) ?

 

 

Réponse : Ceci n'est pas permis et personne des gens de science (des savants) n'a dit cela. Ceci parce que la nuit n'est pas le temps pour le jeûne et celui qui fait ainsi est considéré comme celui qui s'oppose à la Shari'a pure en faisant quelque chose qu'Allah n'a pas légiféré et ne jeûnant pas Ramadan sans raison (islamique valable). Allah a légiféré aux musulmans capables et pubères de jeûner tout le mois de  Ramadan et il n'est pas suffisant d’en jeûner une partie en place du reste.

 

Et tout le succès est en Allah et que les prières et les salutations soient sur notre prophète Muhammad (salallahu ‘alayhi wa salam), sa famille et ses compagnons.

 

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.749, Fatwa n°760

 

Fatawa Al-Lajnah Ad-Da.ima lil-Buhuth Al-'Ilmiya wal-Ifta. - Fatwa n°3089

 

 

 

Ne prier que pendant Ramadan

 


Question : Nous remarquons que certains musulmans négligent leurs prières pendant les mois de l'année et quand
Ramadan arrive ils s'empressent (d’accomplir) les prières, de jeûner et de réciter le Qur’an, comment est leur jeûne (quel est son jugement) et quel est votre conseil pour eux ?

 

 

Réponse : Leur jeûne est correct, puisqu'il n'est associé à rien qui le gâte. Cependant, mon conseil à eux est de craindre Allah et d’adorer Allah selon ce qui leur a été légiféré en tout, et (de respecter) les temps avec toutes leurs capacités. La personne ne sait pas quand la mort frappera, et il est possible qu’ils attendent le mois de Ramadan et ne vivent pas assez (pour le voir). Allah n'a pas (spécifié) pour ses serviteurs de limite sauf la mort, comme Il dit :

 

 

« et adore ton Seigneur jusqu’à ce que te vienne la certitude (la mort) » [sourate Al-Hijr :99], c'est-à-dire avant que la mort s'approche de vous, ce qui êtes une certitude.

 

Shaykh Ibn 'Uthaymin

 

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.752, Fatwa n°764;

 

Al-Fatawa Libni 'Uthaymin - Kitab Ad-Da'wa, volume 1, p.187

 

 

 

Conversation entre homme et femme au téléphone pendant le jeûne.

 


Question : Quel est le jugement quant à la conversation entre un homme et une femme au téléphone pendant le jeûne. Et qu’en est-il s’ils sont fiancés?

 

 

Réponse : La conversation entre un homme et une femme au téléphone n'est pas permise car il y a en cela une fitna (danger). Sauf pour la femme qui est fiancée à celui auquel elle parle et la conversation doit simplement être destiné à faire comprendre (quelque chose) et concerner le mariage. Cependant, ce qui est meilleur et plus sûr pour l’homme est de parler au wali (tuteur) de la femme. Quant à la conversation entre l’homme et la femme en dehors de la question du mariage, alors ce n'est pas permis, car il y a en cela une grande fitna et la crainte qui peut mener (à quelque chose) de dangereux (interdit). Et si c'est pendant le jeûne, cela affecte le jeûne en le diminue (dans la récompense), parce que ce qui est exigé de celui qui jeûne est de protéger son jeûne  de ce qui y contrevient et le diminue. Et combien de problèmes moraux et sociaux font suite aux conversations téléphoniques entre les hommes et les femmes! Il est obligatoire au wali des femmes de les empêcher et de surveiller qu’elles ne tombent pas dans ce danger.

 

Shaykh Ibn Fawzan

 

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.760, Fatwa n°773;

 

Al-Muntaqaa min Fatawa Shaykh Salih ibn Fawzan - volume 3, p.162-163

 

 

 

La supériorité des dix dernières nuits de Ramadan et des dix premiers jours de Dhul-Hijja

 


Question : Quant (au dix) (premiers (jours et nuits) de Dhul-Hijja et les dix (derniers) (jours et nuits) de
Ramadan, lesquels des deux sont supérieurs ?

 

 

Réponse : (les dix) (premiers jours de Dhul-Hijja sont supérieurs aux dix (derniers) jours de Ramadan et les dix dernières nuits de Ramadan sont supérieures (aux dix) (premières nuits de Dhul-Hijja. Quant aux dix (dernières) nuits de Ramadan, elles sont des nuits d'activité (d'adoration), que le prophète (salallahu ‘alayhi wa salam) passait éveillé (dans l'adoration). Et dans ces dix est Laylatul-Qadr (la nuit du destin) qui est meilleure que mille mois. Ainsi quiconque répond par autre que cette explication, il n'est pas possible qu’il ait argumenté avec une preuve correcte.

 

Shaykh Al-Islam Ibn Taymiya

 

Fatawa Ramadhan - volume 2, p.763, Fatwa n°776;

 

Majmu' Fatawa Shaykh Al-Islam Ibn Taymiya - volume 25, p.287

 

 

 

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Autres articles
16/07/2013 07:11:02 - la science de la relation à Allah
18/01/2013 08:29:18 - les implications de l'espoir
26/03/2012 19:46:59 - à qui la faute?
26/02/2012 09:26:44 - qui casse paie?
15/02/2012 19:05:33 - la sincérité envers Allah
01/10/2011 11:11:21 - la garde de l'enfant
11/09/2011 07:50:00 - il ne veut pas divorcer
27/03/2011 08:05:03 - halal
19/02/2011 13:24:37 - les preuves intellectuelles
23/01/2011 06:42:45 - le prédicateur sage
13/01/2011 18:58:53 - le fondement de Ahl As-Sunnah
31/12/2010 12:19:36 - l'islam est la sunna
13/12/2010 07:44:28 - les faux prophètes
02/12/2010 11:46:44 - remède contre les doutes
26/11/2010 05:26:13 - cacher ses sentiments
20/11/2010 05:22:54 - plaisirs et désappointements
11/06/2010 15:22:45 - Ibn Al-Jawzî
22/05/2010 12:53:17 - les mérites de la mémorisation du Coran
18/04/2010 12:04:41 - la profusion du mal
12/04/2010 14:20:15 - entre la science et l'acte
Recherche
Top News